Hepper est soutenu par ses lecteurs. Lorsque vous effectuez des achats via les liens sur nos sites, nous pouvons recevoir une commission de partenariat sans frais supplémentaires pour vous. En savoir plus.

Pourquoi les Navy SEALs n’utilisent-ils que des chiens malinois ?

Nicole Cosgrove Profile Picture

By Nicole Cosgrove

Belgian Malinois

L’article de Wikipedia sur l’opération Neptune Spear, le raid qui a abouti à la mort d’Oussama Ben Laden, présente une intéressante liste des participants du côté américain : 79 opérateurs du Joint Special Operations Command (JSOC) et de la CIA, cinq hélicoptères et un malinois belge.

Le chien, répondant au nom de Cairo, avait de lourdes responsabilités sur ses épaules. Alors que les Navy SEALs et d’autres combattants sécurisaient le camp de Ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, les tâches de Cairo étaient de pister toute personne tentant de s’échapper, de renifler les locaux cachés dans le camp et de seconder les SEALs au cas où ils devraient se battre pour sortir. Son équipement comprenait des lunettes de vision nocturne et un gilet pare-balles.

Comme tous les autres soldats américains de la mission, Cairo est rentré vivant et indemne. Sa participation n’était qu’une preuve de plus en faveur de la décision des forces spéciales de faire appel au malinois belge, une race de travail rare mais magnifique. Alors que l’armée américaine dans son ensemble a toujours un faible pour les bergers allemands, lorsqu’il s’agit de missions qui exigent un courage et un engagement sans faille, un malinois spécialement entraîné s’est avéré être le meilleur choix.

Mais qu’est-ce qui fait que ces chiens de travail se distinguent de tous les autres ? Comment choisir la bonne race de chien pour protéger la sécurité nationale ? Et à quoi ressemble un malinois belge lorsqu’il ne combat pas derrière les lignes ennemies ? Dans cet article, nous avons toutes ces réponses et plus encore.Divider 1

Pourquoi les États-Unis ont-ils choisi le malinois belge ?

Malinois belge courrant sur l'herbe
Crédit image : SoloStar, pixabay

Les États-Unis n’ont pas toujours été aussi exigeants en matière de race lorsqu’il s’agissait d’envoyer des chiens à la guerre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les citoyens américains ont été encouragés à faire don de leurs chiens à l’armée, ce qui a entraîné l’envoi de 125 000 animaux domestiques sur les lignes de front en Europe et dans le Pacifique. Nombre de ces animaux non entraînés ont été tués, blessés ou traumatisés. À la suite de ce conflit, l’armée américaine a décidé que la prochaine fois qu’elle enverrait des chiens au combat, ils seraient aussi entraînés et aussi disciplinés que leurs camarades humains.

Au cours des 50 dernières années, l’armée s’est appuyée sur diverses races de chiens de travail pour différentes tâches. Les labrador retrievers sont utilisés comme renifleurs de bombes. Les bergers allemands et hollandais présentent un ensemble de caractéristiques qui en font de bons chiens polyvalents. De nombreuses races servent aujourd’hui d’animaux d’assistance aux vétérans souffrant de blessures physiques ou de troubles de stress post-traumatique.

Les soldats humains font appel à un malinois belge lorsqu’ils ont besoin d’une capacité de combat brute qu’ils peuvent utiliser et libérer à volonté. Parfois appelés “missiles à fourrure”, ces chiens sont réputés pour leur vitesse, leur endurance et leur volonté d’aller jusqu’au bout. Un malinois peut mordre un suspect avec une force de 32 kg, rendant toute fuite pratiquement impossible.

Ils sont également très doués pour la traque des odeurs. Lorsque la Delta Force traquait Abu Bakr Al-Baghdadi, le chef de DAECH, elle a demandé à un espion de voler un de ses sous-vêtements pour qu’un malinois puisse suivre son odeur.

L’aspect le plus intéressant des “maligators” militaires est peut-être leur capacité à travailler de manière autonome. Un malinois peut être déposé sur un site d’atterrissage, repérer des itinéraires sûrs et marquer les sites d’explosifs sans se faire exploser, tout en transmettant ces informations à son maître. Dans de nombreuses opérations, ils sont tout simplement surhumains.

Formation du malinois belge

Malinois belge sautant à l'entraînement
Crédit image : pohjakroon, Pixabay

L’entraînement d’un malinois belge pour la guerre est un processus ardu, conçu pour éliminer les chiens qui ne peuvent pas résister à la pression du combat. L’armée préfère avoir une unité K-9 en sous-effectif plutôt que d’envoyer un chien sous une pression qu’il ne peut pas gérer.

La première étape de l’entraînement d’un Navy SEAL canin consiste à le retirer de sa mère dès qu’il est capable de survivre par lui-même. Cela l’encourage à considérer ses maîtres humains comme ses parents. Trois jours après la naissance, les dresseurs commencent à tester le chiot avec des sons et des sensations désagréables, comme des enregistrements de coups de feu ou en pressant ses orteils avec des cotons-tiges.

Si le chiot malinois passe quatre semaines sans se montrer trop peureux, ses maîtres commencent à lui apprendre à nager. La clé de cette phase est de savoir si le malinois panique lorsqu’il ne voit plus la terre. Si ses maîtres parviennent à le calmer, ils continueront à le former aux missions maritimes.

Il est choquant de constater que 99 malinois belges sur 100 sélectionnés pour la formation SEAL n’arriveront pas au bout. L’armée confie ces chiens à des familles bénévoles. Si vous souhaitez donner un bon foyer à un chien militaire défaillant ou à la retraite, consultez le chapitre suivant

Les quelques privilégiés qui accèdent aux niveaux supérieurs effectuent des parcours d’obstacles, pratiquent des techniques de combat et s’efforcent de créer un lien indéfectible avec leur maître. À la fin, un malinois entraîné peut rester calmement assis pendant qu’un fusil tire des munitions réelles à quelques centimètres de son museau. Les maîtres-chiens passent beaucoup de temps dans des combinaisons anti-morsure pour apprendre aux malinois à utiliser leurs puissantes mâchoires sans retenue. Ils leur apprennent également à sauter en parachute d’un hélicoptère, dans un premier temps en étant suspendus à l’appareil en plein vol.

Entre les missions, un malinois belge en service actif effectue régulièrement des simulations de combat avec son maître afin de maintenir ses compétences à jour.

Adopter un malinois belge

Malinois belge saute avec haltère
Crédit image : pohjakroon, Pixabay

Lors d’une mission, un chien Navy SEAL peut avoir l’air aussi heureux et excité que n’importe quel autre chien. Sur une photo célèbre, le malinois qui a pourchassé Al-Baghdadi a l’air d’avoir été appelé pour le dîner. Ils ne savent pas qu’ils sont en guerre – ils savent juste qu’ils font du bon travail et qu’ils rendent leur maître fier.

Pour les hommes, c’est une autre histoire. On apprend aux maîtres-chiens de malinois belges de l’armée à ne pas s’attacher au chien au-delà de ce qui est absolument nécessaire. Et il y a une raison à cela. En effet, s’ils commencent à considérer le malinois SEAL comme leur chien, ils ne seront pas prêts à le mettre en danger si le devoir le demande.

Mais tous les chiens méritent d’être aimés. La bonne nouvelle, c’est que le gouvernement travaille avec plusieurs organisations afin de trouver un foyer pour chaque chien. Renseignez-vous auprès de Freedom Service Dogs, Service Dogs, Inc. ou au programme d’adoption canine de la TSA pour faire entrer dans votre vie un chien de travail défaillant ou à la retraite.

Lorsqu’un malinois belge échoue à l’entraînement des SEAL, c’est souvent pour des raisons qui en font un parfait animal de compagnie. Beaucoup quittent le processus parce qu’ils sont trop amicaux avec les étrangers pour attaquer un suspect en fuite. D’autres ont trop d’énergie pour rester immobiles pendant un trajet en hélicoptère ou en bateau.

Or, pour un chien de famille, la gentillesse et l’énergie sont des qualités, pas des défauts. Très peu de chiens ont l’étoffe d’un Navy SEAL, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont défaillants. C’est pour cette raison que les défenseurs des chiens font pression pour que l’expression “chien en réorientation professionnelle” remplace l’expression “chien d’assistance défaillant”.

Divider 5

Comme animal de compagnie, le malinois belge est loyal, intelligent et a une longue espérance de vie. C’est le genre de chien qui vous suivra jusque dans les toilettes, mais il aimera aussi courir et jouer. Vous pouvez tisser des liens avec lui en le faisant participer à des activités où il peut résoudre des situations difficiles et utiliser son cerveau. À l’instar du berger allemand, qui lui ressemble, les malinois ont besoin de beaucoup travailler, mais sont capables de nouer des liens incroyablement forts.


Crédit image principale : Ekaterina Brusnika, Shutterstock

Nicole Cosgrove Profile Picture

Écrit par

Nicole adore tous les animaux mais l'espèce qui la fascine le plus c'est les félins. Elle est l'heureuse maman de Baby, un merveilleux Birman, et fait tout pour qu'il soit heureux et détendu que ce soit au soleil ou au coin du feu. Nicole a toujours eu un chat chez elle et a passé un nombre incalculable de jours en compagnie d'autres chats, à observer leurs comportements et à amadouer les plus grognons d'entre eux. ...Lire la suite

Articles Liés

Lectures complémentaires

Articles Vétérinaires

Dernières réponses vétérinaires

Les dernières réponses des vétérinaires aux questions de notre base de données